Qu’est-ce que le quantitative easing ?

Immobilier-acquisition-maison-1024x768

Qu’est-ce que l’assouplissement quantitatif (QE) ?

L’assouplissement quantitatif (QE) désigne une politique monétaire non conventionnelle à laquelle les banques centrales ont recours lorsque les opérations normales (dites « d’open market ») ne suffisent pas à maintenir l’équilibre économique. Dans le cadre des plans d’assouplissement quantitatif, les banques centrales procèdent à des achats d’actifs à grande échelle sur le marché libre afin d’essayer d’augmenter la masse monétaire dans l’ensemble de l’économie.

Comment fonctionne l’assouplissement quantitatif

L’assouplissement quantitatif peut sembler être un processus complexe, mais il est en fait simple à suivre. En voici les étapes :

  1. Achats d’actifs par la banque centrale. La banque centrale achète des obligations du Trésor (ou des équivalents régionaux), des obligations de sociétés, des titres adossés à des créances hypothécaires et parfois des actions.
  2. La liquidité. À chaque achat, la banque centrale injecte des liquidités dans le système financier. Plus précisément, la banque centrale fournit aux principales banques commerciales et sociétés de l’économie des liquidités en échange de leurs obligations et titres.
  3. Les taux d’intérêt baissent. Les institutions financières ont tellement de liquidités supplémentaires qu’elles sont prêtes à accorder des prêts à des taux d’intérêt plus bas.
  4. Les entreprises commencent à embaucher. Plus d’argent parvient aux entreprises qui commencent à augmenter leur production et à embaucher. Cela contribue à augmenter le taux d’emploi.
  5. Les consommateurs travaillent, empruntent et dépensent. Étant donné que davantage de consommateurs ont un emploi et que les taux d’intérêt sont bas, un plus grand nombre de personnes se sentent en confiance pour emprunter de l’argent pour des articles coûteux comme des voitures et des maisons. De plus, comme l’argent afflue dans l’économie, les consommateurs commencent à dépenser davantage.
  6. Rentabilité élevée des entreprises. Les bénéfices des entreprises augmentent à mesure que les consommateurs dépensent davantage, ce qui entraîne une hausse des embauches, de la production et des dépenses.
  7. Les investisseurs investissent. La rentabilité croissante des entreprises attire les investisseurs, qui délaissent les valeurs refuges au profit du marché boursier. Plus d’argent investi dans les actions, plus de fonds disponibles pour les entreprises.
  8. L’économie repart Toute cette activité économique positive entraîne une augmentation des embauches, de la production, de la rentabilité et, en fin de compte, une croissance du produit intérieur brut (PIB).
  9. La confiance des consommateurs s’améliore. L’économie étant en plein essor, la confiance des consommateurs est restaurée.
  10. Resserrement quantitatif. Sa mission accomplie, la banque centrale réduit lentement les avoirs qu’elle détient dans son bilan par un resserrement quantitatif. Idéalement, elle le fait de manière progressive afin de limiter le risque d’inflation excessive sans effrayer le marché.

Quand la Fed utilise l’assouplissement quantitatif

L’assouplissement quantitatif est une approche non conventionnelle qui a connu divers degrés de réussite tout au long de sa brève histoire en tant qu’outil pour les banques centrales, il s’agit donc généralement du dernier recours.

Les banques centrales comme la Réserve fédérale s’efforcent généralement de maintenir l’équilibre par des opérations normales d’open market – c’est du jargon économique pour « modifier le taux d’intérêt à court terme ».

La Réserve fédérale augmente le taux des fonds fédéraux lorsque l’activité économique est trop forte et qu’elle craint une inflation excessive. Elle réduit le taux lorsque l’activité économique stagne et que la Fed décide qu’il est temps de stimuler la croissance économique.

Mais dans certains cas, ces efforts ne parviennent pas à stimuler une activité économique saine. Lorsque la Fed ramène son taux d’intérêt à 0 % ou presque, il est peu probable que d’autres réductions des taux d’intérêt aient un quelconque effet sur l’économie. Il reste donc peu d’options autres que l’approche peu orthodoxe de l’assouplissement quantitatif.

Exemples d’assouplissement quantitatif

Le premier plan d’assouplissement quantitatif a été lancé par le Japon et n’a pas réussi à pousser la croissance économique vers l’objectif d’inflation du pays. Bien que cela se soit passé il y a tout juste vingt ans, plusieurs autres banques centrales dans le monde ont tenté des mesures similaires.

A lire aussi :  BNP Paribas soutient un projet de valorisation des archives du climat français conduit par Météo France et les Archives nationales

Japon

Le premier programme d’assouplissement quantitatif a été lancé par la Banque du Japon en 2001.

La Banque du Japon a cherché à enrayer la déflation et à stimuler la croissance économique en achetant des obligations d’État japonaises, des créances privées et des actions.

Malheureusement, le premier programme d’assouplissement quantitatif a été un échec. Au lieu de stimuler la croissance économique, selon la Banque mondiale, le PIB japonais est passé de 5 500 milliards de dollars en 1995 à 4 580 milliards de dollars en 2007 à la suite du programme.

États-Unis

Les États-Unis ont lancé des plans d’assouplissement quantitatif en 2009 et en 2020. Le premier visait à stimuler le développement économique à la suite de la grande récession. Certains économistes attribuent au plan d’assouplissement quantitatif de plusieurs milliards de dollars l’une des mesures qui ont conduit à l’une des plus grandes expansions économiques et aux marchés haussiers les plus durables de l’histoire du pays.

Le plan d’assouplissement quantitatif de 2020 a été conçu pour lutter contre les retombées économiques de la pandémie de coronavirus. Cependant, certains experts affirment que la Fed a été trop agressive et que l’assouplissement combiné à d’autres facteurs, principalement la hausse des coûts de l’énergie, a conduit à des niveaux d’inflation dangereux.

Suisse

Après la grande récession, la Banque nationale suisse a lancé ce qui est devenu le plus grand plan d’assouplissement quantitatif par rapport au PIB de l’histoire. Pendant plusieurs années, le programme d’assouplissement quantitatif a tellement gonflé le bilan de la Banque nationale suisse que sa dette était supérieure au PIB de l’ensemble du pays.

L’économie suisse a fini par se redresser, mais le plan n’a pas permis d’atteindre les objectifs d’inflation, ce qui a suscité des interrogations quant à son efficacité.

Angleterre

En 2016, la Banque d’Angleterre a annoncé qu’elle prévoyait d’acheter 60 milliards de livres de dette publique et 10 milliards de livres de dette d’entreprise afin d’apaiser les craintes d’un effondrement économique après le Brexit.

Une crise a finalement été évitée, mais la croissance économique après le Brexit a été plus lente que les années précédentes. Par conséquent, beaucoup se demandent si le plan d’assouplissement quantitatif était efficace.

Assouplissement quantitatif ou resserrement quantitatif ?

L’assouplissement quantitatif accroît la masse monétaire en augmentant le passif du bilan de la Réserve fédérale. La banque centrale utilise cet outil en dernier recours pour stimuler la croissance économique lorsque les réductions des taux d’intérêt s’avèrent insuffisantes.

Le resserrement quantitatif est le contraire de l’assouplissement quantitatif.

Une fois que l’assouplissement quantitatif a eu un impact positif sur l’économie, la Fed laisse les actifs de son bilan arriver à maturité, les retirant lentement et retirant l’offre excédentaire d’argent de l’économie. Le resserrement quantitatif est conçu pour fonctionner silencieusement en arrière-plan, car une action trop agressive pourrait provoquer un choc économique.

Effets de l’assouplissement quantitatif

L’assouplissement quantitatif est un sujet très débattu parmi les économistes, et les plans d’assouplissement quantitatif ont connu des succès divers.

La vérité est qu’il n’y a aucun moyen de quantifier les effets exacts des programmes d’assouplissement quantitatif. En effet, l’assouplissement quantitatif intervient généralement après que les banques centrales ont réduit les taux d’intérêt à zéro ou presque, ce qui devrait théoriquement améliorer les conditions économiques, mais dont les effets peuvent être retardés.

En outre, les économies sont naturellement cycliques. Certains économistes suggèrent que les programmes d’assouplissement quantitatif n’ont été couronnés de succès que parce que le cycle économique devait déjà connaître un rebond.

Quel que soit le côté de la barrière sur lequel vous vous tenez, il y a quelques effets négatifs potentiels de l’assouplissement quantitatif.

Inflation rapide

Certains affirment que l’injection d’argent frais sur les marchés financiers est une recette pour une inflation excessive. D’autres soutiennent que, puisque l’argent est acheminé par les banques et les entreprises, le processus permet de maîtriser l’inflation.

Si la première hypothèse est vraie, des programmes d’assouplissement quantitatif mal gérés peuvent entraîner une hausse des prix plus rapide que celle des consommateurs.

A lire aussi :  Yomoni ouvre les portes du Private Equity d'Altaroc à ses clients

Stagflation

La stagflation est pire que l’inflation. Il est possible que les programmes d’assouplissement quantitatif conduisent à l’inflation sans avoir les avantages économiques escomptés.

Bien que la Réserve fédérale puisse mettre des liquidités à disposition, elle n’exerce aucun contrôle légal sur les banques ou les consommateurs. Elle ne peut pas obliger les banques à prêter l’argent nouvellement disponible aux consommateurs. Elle ne peut pas non plus obliger les consommateurs à contracter de nouveaux emprunts ou à dépenser leur argent en biens et services.

Un assouplissement quantitatif qui ne parvient pas à relancer l’économie peut conduire à la stagflation, qui se produit lorsque l’inflation augmente alors que le PIB reste stable.

Certains craignent que le plan d’assouplissement quantitatif agressif de la Réserve fédérale suite à la pandémie de COVID-19 ne conduise à une période de stagflation chez nous. Mais, une fois de plus, il y a beaucoup plus de facteurs en jeu dans la situation économique actuelle que le seul QE.

Réserves financières excessives

Les détracteurs de l’assouplissement quantitatif affirment qu’une grande partie de l’argent injecté dans l’économie par le biais de l’assouplissement quantitatif n’est jamais utilisée aux fins prévues – et il existe des preuves à l’appui de cette affirmation.

La Fed s’est lancée dans un plan d’assouplissement quantitatif massif après la crise financière mondiale de 2008. De 2009 à 2014, la Fed a augmenté ses engagements de près de 4 000 milliards de dollars. Le bilan de la Réserve fédérale était plus important que jamais, et tout l’argent provenant des avoirs excédentaires était destiné à soutenir la croissance économique.

Lorsque la Fed a entamé le processus de resserrement quantitatif à la fin des années 2010, les institutions financières disposaient d’un montant record de 2 700 milliards de dollars d’actifs financiers excédentaires en réserve. Ces chiffres suggèrent que les grandes banques, plutôt que les consommateurs, ont été les principaux bénéficiaires des efforts agressifs de la Fed en matière de QE.

Répartition des revenus

Il est impossible d’ignorer l’écart de revenus entre le consommateur américain moyen et les grandes fortunes. D’une certaine manière, l’assouplissement quantitatif creuse le fossé entre les deux, en enrichissant ceux qui possèdent déjà des actifs.

La Fed n’a pas la capacité de prêter de l’argent directement aux consommateurs ; elle utilise les banques commerciales comme intermédiaires. Il y a de fortes raisons de penser que les personnes les plus durement touchées par les difficultés économiques sont celles qui sont le moins susceptibles de recevoir des prêts des institutions financières.

Ainsi, certains experts affirment que l’assouplissement quantitatif profite aux Américains à revenus élevés qui possèdent des actions et peuvent prétendre à des prêts, et laisse les Américains à faibles revenus sur le carreau.

Bulles de marché

Les plans d’assouplissement quantitatif sont conçus pour stimuler le crédit, ce qui améliore effectivement les conditions économiques générales, mais ce crédit peut également conduire à des bulles sur les marchés, avec des conséquences importantes lorsqu’elles éclatent.

Par exemple, si les taux hypothécaires n’ont jamais été aussi bas et que l’économie est en plein essor, davantage de personnes vont acheter des maisons. Bientôt, le marché immobilier fera une bulle, car la demande monte en flèche mais l’offre augmente à un rythme normal.

Ces bulles peuvent éclater lorsque le marché perd les liquidités largement disponibles et les faibles taux d’intérêt qui les ont engendrées, et les résultats peuvent être ressentis dans le monde entier.

En 2001, le monde a appris à quel point les bulles de marché peuvent être dangereuses lorsque la bulle Internet a éclaté. L’économie mondiale a également été ébranlée en 2007 et 2008, lorsque la bulle immobilière américaine a pris trop d’air chaud.

FAQ sur l’assouplissement quantitatif

L’assouplissement quantitatif est un sujet de débat parmi les économistes. En raison de son succès mitigé dans le passé, même les experts ont des questions auxquelles ils n’ont pas encore trouvé de réponse complète. N’ayez donc pas honte si vous vous posez vous-même quelques questions sur l’assouplissement quantitatif.

A lire aussi :  Plan Épargne Retraite (PER) : 7 conseils pour bien s'en servir

Que signifie l’assouplissement quantitatif pour les consommateurs ?

L’assouplissement quantitatif a généralement plusieurs significations pour les consommateurs :

  • Les prêts sont plus faciles à obtenir. L’un des principaux effets de l’assouplissement quantitatif pour les consommateurs est un accès plus facile aux prêts. L’assouplissement quantitatif entraîne un afflux d’argent vers les principales institutions financières de l’économie. Ces institutions sont plus enclines à prêter de l’argent lorsqu’elles en ont davantage en réserve.
  • Plus d’emplois. Si un plan d’assouplissement quantitatif produit l’effet escompté, il stimulera la croissance économique, ce qui entraînera une amélioration des chiffres de l’emploi. Si tout se passe bien, vous aurez plus d’options lorsque vous serez à la recherche d’un emploi.
  • Il est temps d’investir. L’assouplissement quantitatif a le potentiel de provoquer l’inflation, et l’une des meilleures façons de lutter contre l’inflation et de protéger votre patrimoine est d’investir. Le plus intéressant est que les marchés sont généralement en plein essor lorsque les plans d’assouplissement quantitatif sont en vigueur.

Comment l’assouplissement quantitatif affecte-t-il les rendements obligataires ?

L’assouplissement quantitatif réduit les rendements des obligations à long terme parce que la Fed augmente considérablement la demande pour celles-ci. Avec une demande accrue, les émetteurs n’ont pas à payer des taux d’intérêt élevés pour vendre leurs obligations et accéder au financement qu’ils recherchent.

Combien de temps dure l’assouplissement quantitatif ?

L’assouplissement quantitatif est un outil relativement nouveau dans la boîte à outils des banques centrales – un outil qui n’a pas été beaucoup utilisé au cours des deux décennies d’existence de cet instrument, de sorte qu’il n’y a pas de période fixe pendant laquelle la plupart des plans durent.

Même aux États-Unis, les deux fois où la Fed a eu recours à l’assouplissement quantitatif avaient des échéances très différentes.

La première fois que la Fed a utilisé un plan d’assouplissement quantitatif, c’était en 2009. La Fed a continué à ajouter des actifs à son bilan jusqu’en 2014 et n’a pas commencé le processus de resserrement avant 2017.

En 2020, la Réserve fédérale a annoncé un nouveau plan d’assouplissement quantitatif, en achetant des centaines de milliards de dollars d’actifs sur une très courte période. À peine deux ans plus tard, la banque centrale a entamé le processus de resserrement quantitatif.

En fin de compte, la durée de l’assouplissement quantitatif dépend du temps nécessaire pour que l’économie commence à évoluer dans une direction positive.

Que se passe-t-il lorsque l’assouplissement quantitatif prend fin ?

La fin de l’assouplissement quantitatif, appelé « resserrement quantitatif », n’est pas censée avoir d’effet sur l’économie. Cependant, elle peut souvent avoir des effets non intentionnels.

Lorsque le QE prendra fin et que le QT commencera, les taux d’intérêt seront probablement en hausse, privant le marché de liquidités, c’est-à-dire d’argent dépensable. Cela pourrait exercer une pression sur le marché boursier, entraîner une hausse du taux de chômage et potentiellement ralentir la croissance du PIB.

En conclusion…

L’assouplissement quantitatif est une politique monétaire controversée, mais le concept est logique. Lorsque les économies sont en difficulté, les banques centrales utilisent ces plans pour injecter des liquidités excédentaires sur le marché dans l’espoir que ces liquidités se répercutent sur le consommateur final et stimulent une activité économique positive.

Bien que le processus ait fonctionné aux États-Unis – peut-être trop bien dans le cadre du plan QE 2020 – il a échoué dans d’autres régions à d’autres moments, ce qui conduit à s’interroger sur sa validité.

Néanmoins, lorsque les banques centrales sont au pied du mur et ont épuisé leur stratégie habituelle, l’assouplissement quantitatif est l’un des outils qu’elles utilisent pour tenter de relancer une évolution économique positive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.